English
"Veille de chasse: portrait d'un springer"

Lorsque j'ai exposé pour la première fois au Country-show de Paris, les artistes animaliers ne juraient que par un collectionneur qui venait dévaliser leurs stands à la première heure pour choisir les plus beaux tableaux animaliers. L'une de mes amies, chassant avec ce collectionneur, m'a proposé de me le présenter moyennant un pourcentage sur les affaires que nous ferions ensemble. J'ai refusé, arguant que s'il venait au Salon, il découvrirait mes oeuvres par lui même et les aimerait. J'ai attendu deux ans, mais la troisième année, un homme est resté longtemps en admiration devant mes tableaux de chiens, avant de me dire :
" c'est trop bête, je viens de passer commande à votre voisine pour le portrait de mon springer, si je vous avais connu il y a seulement 20 minutes" ...
En lisant mon livre d'Or, j'ai su que j'avais gagné mon pari. Depuis, Alain D. est devenu un de mes clients les plus fidèles, le plus gentil aussi. Et un jour, il m'a commandé le portrait de son chien, un springer spaniel, Sweep.

Lorsqu' Alain prépare ses affaires la veille d'une chasse, son springer spaniel, pour être sûr de ne pas être laissé à la maison, va se coucher au milieu des bagages, la tête posée sur l'étui à fusil. C'était dans cette position qu'Alain voulait me voir immortaliser son chien de chasse préféré.
Pour le reste, comme un grand mécène qui sait travailler avec un artiste, il m'avait donné carte blanche.
La phrase précédente était un message subliminal pour mes futurs clients !

Si vous êtes observateur, vous avez noté que dans chacun de mes tableaux de chien, j'ai placé un fauteuil dans le décor. Cela donne une dimension verticale au tableau et me permet de poser des objets sur le bras ou l'assise. J'avais découvert ce fauteuil chez un antiquaire quelques jours auparavant
et me faisais une joie de le placer dans l'un de mes décors. Comme vous le voyez, il est en bois de cerf et de daim et vient d'Europe Centrale.
Kitschissime ?
Oui mais amusant dans un tableau, n'est ce pas ?

Comme vous pouvez le voir sur cette photo, base du tableau,
l'âtre était noir comme le cul d'un n.... , vous pourrez constater sur le tableau ci-dessous, que je suis capable d'inventer ...

Comme le salon d'Alain était très sombre, mes photos en lumière ambiante étaient glauques, mais celles au flash étaient pires. Je suis donc revenu pour prendre de nouvelles photos du springer en extèrieur. Alain avait eu la mauvaise idée de jouer au golf toute la matinée, en emmenant son springer. Quand je suis arrivé pour mon reportage, c'était très clairement l'heure de la sieste de "Sweep". Il avait la paupière lourde et dés qu'il posait la tête sur le sac, il s'endormait comme une masse.
Gag !...
Cette photo était la seule vraiment excellente en deux pellicules.

Admirez le grain de ce veau grainé, je vous montre page suivante un détail du tableau avec le même cadrage, pour que vous puissiez comparer. Vous noterez que cette foutue casquette a encore bougé et que le bouton d'équipage et les différents insignes de club d'Alain sont cachés. Quant au sac, il n'a pas le même angle que sur la photo du haut.
Je me suis arraché les cheveux pour essayer de faire coller tous ces éléments avec la bonne perspective dans mon tableau.


English pages of The-Dog-Museum


Maintenant que vous avez vu les photos de référence, allez voir le tableau, Suivez le guide